Joseph Nicolas - SVT - BCPST1

Ressources pour les SVT en BCPST1 au lycée Châtelet – Douai

Dissections végétales en lien avec la reproduction

Cette page compile un certain nombre de dissections et présentations classiques en biologie végétale en lien avec la reproduction : dissections florales, dissections de fruits, de structures de multiplication végétative.

L’ail (Allium, fam. des Amaryllidacées), une bulbille permettant la multiplication végétative.
L’amélanchier (Amelanchier, fam. des Rosacées).
Une fleur de cerisier (Prunus, fam. des Rosacées), réalisée par Eliot.
Le fruit de la fève (Vicia faba, fam. des Fabacées).
Le kiwi, une baie. Actinidia, fam. des Actinidiacées.
La myrtille (Vaccinum, fam. des Ericacées), une fausse baie.
Le pissenlit (Taraxacum, fam. des Astéracées), une inflorescence de type capitule.
La primevère (Primula, fam. des Primulacées).
Une primevère (Primula, fam. des primulacées), dissection réalisée par Julie.
Le narcisse, ou jonquille (Narcissus, fam. des Amaryllidacées).
Présentation d’un artichaut, un capitule de grande taille (Cynara, famille des Astéracées)
L’avocat, une baie (Persea, famille des Lauracées).
La pervenche (Vinca, fam. des Apocynacées). Noter les pétales dissymétriques, caractéristiques de la famille des Apocynacées, et que l’on retrouve chez Nerium oleander (le laurier rose).
La véronique (Veronica, fam. des Scrophulariacées). Noter que cette famille est assez variable : la plupart des espèces possèdent 5 pétales et 5 sépales, contrairement à 4 et 4 pour la véronique. Cette petite plante est cependant très courante et gagnerait à être connue.
Dissection d’une fleur de monnaie-du-pape (Lunaria, fam. des Brassicacées), par Eliot. Cette famille est caractérisée par des fleurs de type 4 (4S, 4E), ce qui est relativement rare (fleur de type 3 ou 5 étant une large majorité), avec des étamines tétradynames : on a 4 grandes étamines et 2 petites (on écrit donc dans la formule florale 4+2E). Le fruit, tout aussi caractéristique, est une silique, qui est un fruit sec déhiscent issu d’un ovaire à 2 carpelles avec fausse cloison. Cette famille doit être connue : c’est celle du chou, du colza, du radis, de giroflées, de la roquette…
Dissection de fleur d’aubriète (Aubrieta, fam. des Brassicacées), par Flavie. Pour les commentaires, voir la dissection de la monnaie-du-pape, juste au dessus, qui appartient à la même famille.
Dissection d’une fleur de mauve (Malva, fam. des Malvacées). Noter la présence d’un calicule (ou sépalules), courants dans cette famille. Réalisée par Laurie Bougeois, SVT, BCPST1, Nîmes.
L’anis étoilé, un polyfollicule. La famille des Schizandracées est anecdotique à notre niveau, car non représentée dans a flore européenne (l’anis étoilé vient d’Asie de l’Est). En revanche, quelques autres plantes que l’on peut trouver en France possèdent des polyfollicules, comme beaucoup de spécimens de la famille des Ranunculacées.
La banane, un excellent exemple de faux fruit (dans la mesure où une partie de la banane (toute la « peau« ) ne fait pas partie du fruit, mais est un réceptacle (l’ovaire est infère chez la banane). La famille est anecdotique pour nous, car non représentée dans la flore européenne.
La noisette, un akène, famille des Betulacées (famille du bouleau). Le mode de dispersion des graines est la barochorie (les akènes tombent sur le sol), mais dans les faits, les réserves faites par les petits mammifères (écureuils notamment) constituent un transport efficace, souvent oublié ou abandonné.
La pomme-de-terre, une structure de type tubercule (tige souterraine) gorgée de réserve, adaptée à la reproduction asexuée (multiplication végétative).
La pomme (Malum, fam. des Rosacées), un faux fruit issu d’un ovaire infère. A comparer à la banane. Notez que dans le cas de ces faux fruits particuliers, la partie consommée est le réceptacle, et non le fruit (qui est en réalité le « trognon »). Morphologie de type piridion, partagée avec les poire, les coings, les nèfles, toutes des Rosacées.
Une dissection de Jacinthe des bois (Hyacinthus, fam. des Asparagacées, anciennement fam. des Liliacées), réalisée par Lilou.
Dissection d’une courgette (Cucurbita, fam. des Cucurbitacées).
Dissection d’une orchidée horticole (Orchidacée). Attention : il est interdit de prélever des orchidées dans la nature : la totalité des 60 espèces de France métropolitaine sont protégées. Il reste possible de réaliser la dissection sur des orchidées des fleuristes, comme c’est le cas ici.
Présentation et coupe d’un rhizome d’iris, une tige tubérisée spécialisée dans la multiplication végétative.
Dissection de fleurs de Lilas (Syringa, fam. des Oléacées). C’est une fleur de type 4, comme chez les Brassicacées et les Papavéracées, ce qui est moins courant que les fleurs de type 5 au sein des Eudicotylédones.

Dissection d’une infloresence d’Arum (Aracées) : exemple d’une inflorescence très originale (pour votre culture).

Thème graphique créé par Anders Norén